Alpha Oumar Lelouma BARRY : « Mon rêve, c’est de jouer en équipe nationale ».

Alpha Oumar Lelouma BARRY, est un attaquant guinéen de 22 ans qui évolue dans le championnat Thaïlandais de ligue 1. En séjour en Guinée, Il a accordé un entretien à la rédaction de votre site de préférence pour parler de ses débuts dans le Football, son parcours professionnel et son ambition pour l’équipe nationale de Guinée. Nous allons mettre à votre disposition l’intégralité de cette interview  plus que passionnante rélisée en compagnie du Journaliste Mohamed Lamine Kaba.

Legranddebatdufoot : Bonjour Alpha Oumar Lelouma BARRY, dites-nous comment vous êtes venu dans le milieu du foot ?

Alpha Lelouma BARRY : J’ai grandi à Coleah dans les clubs informels jusqu’ à l’âge de 15 à 16 ans cmme ça et on a eu l’opportunité de transformer notre club du quartier en  une équipe sous-préfectorale à Conakry et qui s’est transformée en équipe préfectorale qu’on naturellement appelé FC Lelouma. Donc, j’ai eu la chance d’évoluer dans cette équipe pendant plusieurs années et on a même jouée la montée en 1ere. De là-bas, je suis parti dans le club de l’Espoir de Labé. J’ai fait une saison là-bas et en 2012 je suis venu dans le Hafia FC et à la fin de la saison, je suis parti en Malaisie. Donc en résumé, c’est comme ça que j’ai evolué du foot amateur au football professionnel.

GDF : On va revenir un peu en arrière, vous avez parlé des clubs informels dans lesquels vous avez évolué à Coleah, mais dites-nous le nom d’un dans lequel vous avez commencé votre carrière ?

Alpha Oumar Lelouma Barry : J’ai commencé ma carrière dans un club appelé FC Michel dont l’entraineur n’est plus. Mais la plupart des joueurs qui ont grandi à Coleah, sont passés par ce club. Après le décès de notre entraineur, je suis parti au jardin 2 octobre. En ce moment, il y’avait un terrain d’entrainement qui était géré par un entraineur qui s’appelait BOBO et le club qu’il entrainait s’appelait Saragosse FC. En même temps, je m’entrainais à Kenien (Dixinn gare) aussi dans le club de l’entraineur KEITA qui a un club actuellement qui a pour nom ASEC de Conakry. Ce sont les trois clubs informels dans lesquels j’ai évolué.

GDF : Maintenant, comment vous avez quitté la Guinée pour la Malaisie ?

Alpha Oumar Lelouma BARRY : Je suis tombé dans un bateau comme la plupart des joueurs africains. Il y avait un monsieur qui se disait agent de joueur qui est venu me prendre en me disant qu’il m’a trouvé un club en Malaisie et il m’a dit qu’ils ont déjà arrêté un contrat de dix mille dollars. Moi aussi en tant que jeune joueur aspirant à jouer à l’extérieur et tant trop jeune aussi,  je ne connaissais pas les réalités de ce qui se passe à l’extérieur et à la fin du championnat je l’ai suivi. Mais malheureusement, en Malaisie il n’y avait même pas de championnat et le club dont il m’a parlé, il n’avait même pas leur contact. Et une fois là-bas, il a compris qu’il ne peut pas me trouver un club, finalement, il a disparu. Don je suis resté abandonné à moi-même en Malaisie. J’ai trouvé un club qui m’avait hébergé, mais à un moment, ils m’ont dit qu’ils ne peuvent pas continuer à me garder parce qu’il n’y avait pas de championnat. Je voulais revenir en Guinée, mais heureusement pour moi, j’ai trouvé un grand-frère la- bas qui m’a hébergé à un moment et il m’a conseillé de ne pas revenir en Guinée, d’aller tenter ma chance en Thaïlande. Directement, il a appelé Mantigui FOFANA (un Monsieur qui aide beaucoup les guinéens là-bas) avec lequel j’ai parlé, lui aussi m’a donné les mêmes conseils d’aller voir en Thaïlande et si ça ne va pas, je reviens en Guinée. Je suis parti là-bas, j’ai trouvé un ami avec lequel j’ai fait le banc. Ce dernier aussi m’a hébergé et il devrait partir dans un club pour un essai. Il a appelé son entraineur pour lui demander s’il peut aller avec un de ses amis qui joue aussi au ballon, cet entraineur a donné son accord. Nous sommes partis et le premier jour d’essai, j’ai été retenu. Le club s’appelle Bankok Christian collège Football Club, c’est une équipe de deuxième division. Après là-bas, il y a un autre club de première division qui m’a recruté et on a joué un championnat de junior où j’ai terminé meilleur buteur en 2013. Et c’est comme ça que je me suis retrouvé en Thaïlande. A la fin de la saison, il y a eu des clubs qui sont venus du Cambodge parce qu’ils ont reçu des bonnes informations concernant mon évolution. Les dirigeants sont partis me superviser et ils m’ont pris nous sommes partis en 2014 au Cambodge, où j’ai fait deux saisons dans le club de Naga World FC. De là-bas aussi, j’ai eu une proposition en Corée du Sud où tout était presque réglé pour aller faire des essais. C’est un club chrétien. Quand ils ont vu mes vidéos à chaque fois que je marque, je célèbre mon but en priant. Soudain, ils ont désisté parce que tout simplement qu’un musulman ne peut pas jouer dans leur club. Et j’étais obligé de revenir en Thaïlande où je suis resté bloqué parce qu’il n’y’avait pas de championnat. Heureusement pour moi encore, j’ai rencontré un entraineur guinéen qui a pour nom Ousmane CHERIF, il entraine une équipe de deuxième division, il m’a conseillé en me disant au lieu de chômer, vient dans mon club on va te proposer un contrat d’une saison ou demi saison et j’ai accepté. Le club s’appelle Loukissene FC et c’est un nouveau club qui avait fait deux saisons sans jouer le championnat. Avec ce club, j’ai joué 7 matches et j’ai marqué 5 buts.

GDF : Pourquoi vous êtes en Guinée en ce moment ?

Alpha Oumar Lelouma DIALLO : Je suis venu en Guinée pour présenter mes condoléances à mes parents suite au décès de mon père.

GDF : Vous n’avez jamais eu des propositions au niveau de l’Europe ?

Alpha Oumar Lelouma DIALLO : Pour le moment sincèrement, je n’ai pas encore eu une vraie opportunité. Il y’a eu des propositions, mais qui n’ont pas encore été réalisées. Et là où je suis, je ne peux plus sortir comme ça sans aucune garantie parce que j’ai une fois vécu l’expérience. Je préfère rester en Thaïlande où je gagne un peu et améliorer ma forme.

GDF : Depuis votre départ en Guinée, est ce qu’il y a le contact entre vous et les dirigeants sportifs du pays ?

Alpha Oumar Lelouma BARRY : Oui, surtout avec coach Mandjou et coach Sam DIALLO. Parce que, j’ai grandi dans leur main. Je cause parfois avec coach Koly Koivogui aussi à chaque fois. Mais j’ai déjà dépassé l’âge des juniors, j’ai mes 22 ans maintenant. Je ne peux pas rêver d’une équipe junior ni cadette. C’est pourquoi je me bats pour être appelé en équipe nationale un jour.

GDF : Vous dites que vous êtes venu présenter vos condoléances à votre famille. Mais est ce que vous n’allez pas profiter pour rencontrer quelques dirigeants sportifs ?

Alpha Oumar Lelouma BARRY : J’ai rencontré quelques dirigeants, mais juste des simples salutations, parce que mon temps est court. Mais, je prefere qu’on se base surtout sur mes performances. Je suis titulaire dans mon club et je joue chaque weekend.

DGF : Quel est votre ambition pour le football guinéen ?

Alpha Oumar Lelouma BARRY : Naturellement pour tous les footballeurs guinéens le rêve d’abord c’est de jouer dans l’équipe nationale, parce que cela te donne plus de valeur et c’est une fierté pour un joueur d’être récompensé par une sélection. Les joueurs guinéens ont presque le même talent, seulement la détermination et la chance qui les diffèrent. Donc, pour le moment mon objectif c’est de me trouver un club en Europe où je serai beaucoup plus vu pour essayer de rêver à une sélection en équipe nationale. Par ce qu’en Asie, il n’y a pas de visibilité quelque soit ton talent. Et pourtant, il y a des grands joueurs là-bas, mais qui ne sont pas connus.

GDF : Depuis votre arrivée, vous avez suivi un ou deux matches du championnat, comparativement aux années 2011 ou 2012, est ce que vous avez constaté un progrès ?

Alpha Oumar Lelouma BARRY : Oui, au moment où moi je quittais, les conditions n’étaient pas meilleures comme maintenant. Je vois quelques clubs où les présidents mettent beaucoup de moyens, donc il y’a un peu de progrès. Mais, le problème du football guinéen, c’est un manque d’infrastructures, ce n’est pas facile pour quelqu’un qui évolue sur une terre battue, de pouvoir bien s’exprimer. Et il y’a aussi un aspect que je déplore, c’est le nombre exorbitant d’étrangers dans nos clubs, ça c’est un frein au développement de nos locaux. Même en Europe, il y a un quota lié au nombre des joueurs étrangers dans les équipes. Nous en Asie, le nombre d’étrangers dans une équipe ne dépasse pas quatre et c’est trois joueurs qui sont permis dans un 11 de départ. Cela pourra permettre aux nationaux d’être performants et les étrangers aussi, vont fournir assez d’effort, de rester dans le 11 de départ. Et puis en Asie, si un étranger a la même compétence qu’un autochtone mais, on ne prend pas l’étranger. Donc, le Football c’est l’infrastructure et le management. Il faut qu’on fasse la promotion de nos joueurs locaux, on a vu pendant le championnat d’Afrique des nations, ce sont les locaux qui ont remporté la quatrième place de la compétition. S’il y’a plus de dix joueurs étrangers dans un club, cela pourrait freiner l’évolution de notre Football à mon avis.

GDF : Si des clubs tels que le Horoya, l’ASK ou Hafia auraient besoin de vous, est ce que vous allez répondre positivement à leur demande ?

Alpha Oumar Lelouma BARRY : Au football tout peut se passer, ici c’est chez moi. Si je vois ce que les clubs me proposent ça m’arrangent et je sais c’est ici que je peux avoir plus de visibilité par rapport où je suis, quand j’ai une bonne proposition, je vous assure que je ne vais pas rejeter.

Merci.

(Visited 2 times, 1 visits today)
Partager cet Article

Commentaires

commentaires

Share
Mr SANO Abdoulaye

Chef du bureau GDF Guinée | Tel : (00224) 664 07 57 54

Facebook