sadou-diakite

Thierno Saidou DIAKITE : « l’arrivée des binationaux, c’est une partie de la solution de notre football, mais la solution définitive et durable, c’est l’organisation du football au plan local ».

Depuis des semaines, la fédération guinéenne de football à l’occurrence son premier vice-président Amadou DIABY, parle de l’arrivée prochaine des binationaux pour renforcer le Syli, afin de permettre à la Guinée de se qualifier à la coupe d’Afrique des nations de football Cameroun 2019. Une information bien appréciée par l’analyste et chroniquer sportif Thierno Saidou DIAKITE. Mais, il estime que cela n’est pas une solution définitive pour la performance du syli senior. Il a fait cette annonce lors d’un entretien qu’il a accordé à notre reporter.
« Il faut dire que c’est une information rassurante parce que depuis quelques années, nous avons émus le souhait que la fédération puisse contacter les binationaux et les convaincre pour leur faire venir dans l’équipe nationale pour renforcer la sélection dans les différentes compétions africaines. Et si cela se concrétise, c’est une chose que nous devons saluer et saluer aussi la démarche menée par Amadou DIABY et pilotée par le président Mamadou Antonio SOUARE », soutient M.DIAKITE.
La question de savoir si cette arrivée des binationaux est une solution définititive pour le syli senior ?, l’analyste sportif précise.
« c’est une partie de la solution. Au fait, ça va renforcer l’équipe, mais il faut reconnaitre que la solution définitive et durable, c’est l’organisation du football au plan local. C’est-à- dire, il faut que le niveau du championnat soit relevé, il faut des compétitions des jeunes, il faut les centres de formation, une formation continue des entraineurs et des techniciens, il faut que la fédération aussi soit gérée de façon professionnelle et rigoureuse. Donc, ce sont tous ces paramètres qui vont contribuer à rehausser le niveau du football national. Parce que l’équipe nationale, c’est le reflet de l’organisation en interne de notre football au plan local. Même si ce sont les expatriés qui jouent, mais, c’est le reflet de l’organisation en interne de notre football au plan local. Regarder les cinq représentants africains au mondial Russie 2018, ce sont les pays qui ont mis les structures pérennes et vraiment ils font un football qui fait partie de l’élite continentale », a ajouté Thierno Saidou DIAKITE.
Parmi les binationaux contactés, Bouna SARR, sociétaire du Marseille qui pensait à sa sélection par l’entraineur français Didier DESHAMP pour la coupe du monde Russie 2018. Mais hélas. Pour le chroniqueur sportif, la fédération guinéenne de football peut encore recontacter le joueur.
«  Vous faites bien de souligner le cas de Bouna SARR, qui n’a pas été retenu par la France et ne pourra pas être sur la liste du Sénégal, qui voulait le sélectionner pour la même compétition. Donc, il revient à la fédération guinéenne de football de lui recontacter pour les éliminatoires de la coupe d’Afrique Cameroun 2019 et les prochaines compétitions internationales ».
Pour finir, M. DIAKITE s’est prononcé sur le recrutement des entraineurs locaux à la tête des équipes inférieures. Il accuse la direction technique qui propose les entraineurs à la fédération guinéenne de football. Souleymane CAMARA (Abedi) a fait ses preuves avec syli cadet à la CAN et à la coupe du monde. Mais, je pense qu’il y’a d’autres techniciens qui peuvent faire autant que lui ou mieux que lui. Donc, il revient à la direction technique d’être un peu plus regardant et rigoureuse dans le choix des entraineurs, qui vont coacher nos différentes catégories. C’est-à-dire, les cadets, les juniors et l’équipe locale.

Partager cet Article

Commentaires

commentaires

Share
Mohamed Lamine KABA

Journaliste Sportif | Tél : (00224) 628 22 93 61

Facebook